data centers

A Paris, la chaleur des data centers offre des nouvelles opportunités

Alors que certains data centers parisiens ont suscité quelques problèmes de voisinage, la ville comme les entreprises cherchent des options pour que ce type de conflit n’ait plus lieu d’être. Or, c’est sans doute en exploitant la chaleur des fermes de données plutôt qu’en cherchant à les refroidir que se trouvent les meilleures solutions.

L’explosion du volume de données, une menace pour les Parisiens ?

A l’heure où plus d’un tiers des « centres de données » est implanté en Région Parisienne, et plus précisément à Paris et en Seine Saint Denis, de nombreuses questions se posent.

En effet, même si la localisation des data centers est primordiale pour les clients des hébergeurs, leur présence est-elle compatible avec la tranquillité et le calme souhaités par les habitants ?

En 2016, un collectif de riverains du quartier du Sentier (13ème arrondissement de Paris) avait ainsi usé d’un recours devant la justice contre la société Zayo. Il se plaignait des nuisances sonores occasionnées par le système de ventilation mis en place par l’entreprise pour refroidir son data center. Après qu’ait été constaté le trouble – le bruit était six fois supérieur au seuil autorisé par le Code de l’Environnement – le spécialiste de la fibre a fait réaliser les travaux qui s’imposaient.

Toutefois, quand on sait que le volume de données générées devrait être multiplié par 10 entre 2016 et 2025, le problème de la chaleur des data centers est encore loin d’être réglé même si de beaux projets ont vu et voient le jour.

La chaleur des data centers pour chauffer équipements municipaux et logements

Plutôt que de refroidir les fermes de données, de nombreuses entreprises ont fait le choix d’innover en tentant d’exploiter la chaleur générée par les serveurs dédiés ou mutualisés qu’elles contiennent.

La Ville de Paris a d’ailleurs offert à l’une d’entre elles, sélectionnée lors d’un appel d’offres, un projet plutôt original à la piscine de la Butte aux Cailles. Sous le bassin de celle-ci, sont désormais installés des serveurs dont la chaleur générée permet de chauffer l’eau de la piscine.

A quelques kilomètres de là, dans le 15ème arrondissement, des systèmes de récupération d’énergie ont été installés dans un datacenter et contribuent au chauffage d’une crèche et de près de 200 logements sociaux. Grâce à ce système, les habitants pourraient réaliser jusqu’à 500€ d’économies leur facture d’électricité chaque année.

Autant de projets qui doivent permettre de repousser les limites … toujours ! Bientôt à Lyon ? C’est tout ce que souhaite Netissime, bien entendu.