data center

Data center : Microsoft se lance à l’assaut du marché africain

Alors que la localisation des data center est un élément clé à regarder au moment de choisir un hébergeur, voilà que Microsoft a décidé d’en ouvrir sur le continent africain. Une stratégie qui atteste de l’intérêt du géant américain à l’heure où le marché du numérique et des télécommunications s’éveille en Afrique.

Microsoft va ouvrir des data center en Afrique

Quelques semaines seulement après le lancement de l’extension .africa symbolisant le nouveau pas du continent africain vers les nouvelles technologies et le web, Microsoft a officialisé l’ouverture d’ici 2018 de plusieurs datacenters en Afrique du Sud.

La société créée par Bill Gates et Paul Allen a d’ailleurs déjà bien avancé sur le projet étant donné qu’elle a déjà défini les villes où seraient implantés ses centres de données à savoir Johannesburg et Cape Town, deux des villes les plus peuplées d’Afrique du Sud.

La conquête du marché africain : l’objectif visé par Microsoft

Si le géant américain de l’informatique mène ce projet, c’est bien évidemment parce qu’il entend s’imposer sur le marché africain qui en est aujourd’hui seulement à ses balbutiements.

Or, afin d’être capable d’offrir le meilleur de ses services aux futurs utilisateurs en Afrique du Sud, quoi de mieux que de disposer de data center fraîchement créés dans la région !

Microsoft n’est d’ailleurs pas la première grande entreprise US à faire son arrivée sur le marché africain, Facebook l’ayant devancé en s’associant dès 2017 avec des entreprises locales spécialisées dans les télécommunications.

Pour autant, l’entreprise basée à Redmond n’entend pas proposer les mêmes services que la firme fondée par Mark Zuckerberg. Elle entend surtout prendre de l’avance sur ses concurrents pour imposer son service de cloud computing Azure, sa suite bureautique Office mais aussi son service de base de données baptisé Dynamics 365.