datacenters

Google, Microsoft et Uber déplorent une pénurie de talents dans l’industrie des datacenters

A l’heure où les datacenters se multiplient partout dans le monde – Microsoft s’étant récemment lancé à l’assaut du marché africain –  plusieurs grandes entreprises américaines pointent du doigt l’absence de talents dans ce secteur. Pourtant, les défis sont nombreux et passionnants à relever…

L’industrie des datacenters a grand besoin de main d’œuvre compétente

Lors de la conférence DataCloud Europe organisée à Monaco au début du mois de juin, Dan Nelson (Responsable des opérations de traitement d’Uber), Joe Kava (Vice-Président des datacenters de Google) et Christian Belady (Directeur général de la stratégie et de l’architecture des infrastructures cloud de Microsoft) ont rappelé que l’industrie des datacenters avait de nombreux défis à relever.

Toutefois, le fait que les datacenters soient de plus en plus complexes est tel que les problèmes qu’ils posent ne sont aujourd’hui plus linéaires. Si auparavant, tout était prévisible, ce n’est aujourd’hui plus le cas et les personnes travaillant dans cette industrie doivent avoir des connaissances certes mais surtout de vraies compétences. Entre autres, ils doivent avoir envie d’apprendre de nouvelles choses et être capables de s’adapter à des situations toujours nouvelles. Il n’y a effectivement pas de routine dans cette industrie…

Seulement voilà, les talents disposant de ces compétences manquent cruellement et Google, Microsoft comme Uber déplorent cette situation. L’industrie des datacenters est un écosystème au sein duquel cohabite un très petit nombre de personnes. Ces dernières passent alors d’une entreprise à l’autre puisque les sociétés font tout pour débaucher les meilleurs professionnels à la concurrence.

Vers la mise en place de formations généralistes dédiées à l’industrie des datacenters ?

Pour Joe Kava, l’industrie des datacenters a aujourd’hui grand besoin d’ingénieurs généralistes capables d’analyser un écosystème et non d’ingénieurs spécialisés en informatique.

Pour les professionnels, les problématiques de demain ne se concentrent effectivement pas sur les serveurs puisqu’il est aussi essentiel de trouver de nouveaux modes d’alimentation basés sur les énergies renouvelables, de réduire la consommation d’eau des datacenters ou encore de réfléchir à des alternatives pour l’intégration des serveurs aux racks.

Aussi, il pourrait s’avérer pertinent d’ouvrir des formations dédiées aux métiers des datacenters dans les universités américaines selon Microsoft, Google et Uber. Cela permettrait assurément de combler la pénurie de talents et de former des jeunes diplômés disposant des qualités et compétences attendues par les professionnels de l’industrie.