transformation numérique

La recherche de performances des infrastructures IT comme moteur de la transformation numérique ?

Début février, PAC-CXP a rendu public les résultats d’une étude menée pour le compte d’Outscale et s’intéressant aux raisons ayant poussé les décideurs IT européens à se lancer dans la transformation numérique de leurs infrastructures. Sans véritable surprise, c’est la recherche de performances qui est principalement invoquée.

La transformation numérique des infrastructures devient inévitable

Au troisième trimestre 2017, PAC-CXP a sondé 200 décideurs IT européens sur le thème de la transformation numérique des infrastructures. Le premier constat est que 82% des entreprises ont choisi ce chemin bien que près de 40% ne soit qu’au tout début de ce projet de longue haleine.

Il faut dire qu’à la différence des précédentes années, l’enquête met clairement en évidence le fait que la transformation numérique des infrastructures est devenue incontournable. Aujourd’hui, beaucoup d’entreprises estiment qu’elle est un facteur clé pour conquérir de nouveaux marchés et même pour asseoir sa position sur les marchés où elles sont déjà présentes…

Cela se justifie principalement par la recherche de performances accrues pour les infrastructures IT puisque cet argument est utilisé par 60% des décideurs IT. La mise en conformité avec le RGPD est également avancée par plus de 50% des décideurs pour justifier cette transformation numérique. Paradoxalement, l’autre moitié estime que le RGPD n’est qu’un but mineur de leur transformation.

Un véritable attrait pour les solutions on-premise

Bien que les solutions cloud autogérées continuent de séduire près de 50% des entreprises, ces dernières sont de plus en plus attirées par les solutions on-premise.

En effet, selon l’enquête conduite par PAC-CXP, 42% des entreprises se montrent intéressées par ce type de solutions puisqu’elles apporteraient davantage de flexibilité et de sécurité tout en étant beaucoup plus simples à utiliser.

L’enquête montre aussi que les acteurs du secteur privé rencontrent moins de difficultés à s’inscrire dans une dynamique de transformation numérique de leurs infrastructures IT que les acteurs du secteur public qui, comme c’est le cas en France, ont de grandes attentes vis-à-vis du cloud souverain.